Mon Profil

  • Valérie Farcot ex Ferré
  • Je suis séparée et la mère de 3 garçons
/ / /

 

 

Image 5   

   C'est avec un immense plaisir que je  vous  présente cette aventure littéraire qui m'a particulièrement touchée, et même transportée dans de belles et délicieuses réflexions. Chaque page comme une invitation, une raie de lumière, une main tendue pour avancer... Un voyage au sens large... A lire et relire !

 

 

 

 

 

 

Dans son livre, Soufi, mon amour, Elif Shafak raconte merveilleusement bien la puissance de l’amour comme facteur de changement dans le cœur des êtres qui s’ouvrent à cette présence magnifique. L'auteure nous faire revivre l’histoire de la rencontre du poète Rûmi avec Shams de Tabriz, un derviche libre comme l’air, itinérant qui ne laisse personne indifférent autour de lui. Ce dernier viendra bouleverser la vie de Rûmi qui s’engagera alors sur un chemin transcendant toutes les religions, les conventions, les règles et la mesquinerie des hommes. Shams de Tabriz force Rûmî, érudit de Konya qui jouit d’une reconnaissance sociale, à briser les liens qui l’empêchent d’aimer vraiment. Il l’amène à combattre son ego, d’une part, et à cesser de se préoccuper de l’opinion d’autrui, d’autre part.

En parallèle, Elif Shafak nous propose dans son livre la rencontre entre Ella Rubinstein, une femme malheureuse qui a tout dans la vie et l’auteur d’un roman dont elle a la charge de lire le manuscrit pour le compte d’un agent littéraire. Cet auteur est celui qui nous révèle l’histoire de Rûmi et de Shams.

 À l’exemple de ces deux personnages, Aziz Z. Zahara viendra lui aussi changer la vie d’Ella en entreprenant une correspondance avec elle sur cet inépuisable sujet de l’amour et sa lente éclosion dans nos cœurs. 

 

Voici quelques citations qui sont en fait des règles — il y en a 40 au total — que le personnage Shams de Tabriz répand dans son discours au fil des péripéties du roman.

 

 

 

 

 

Image 4

 

 

 

 

 

« Tu peux étudier Dieu à travers toute chose et toute personne dans l’univers parce que Dieu n’est pas confiné dans une mosquée, une synagogue ou une église. Mais si tu as encore besoin de savoir précisément où il réside, il n’y a qu’une place où le chercher : dans le cœur d’un amoureux sincère. »

 

« Est, ouest, sud ou nord, il n’y a pas de différence. Peu importe votre destination, assurez-vous seulement de faire de chaque voyage, un voyage intérieur. Si vous voyagez intérieurement, vous parcourrez le monde entier et au-delà. »

 

« Les sages-femmes savent que lorsqu’il n’y a pas de douleur, la voie ne peut être ouverte pour le bébé et la mère ne peut donner naissance. De même, pour qu’un nouveau Soi naisse, les difficultés sont nécessaires. Comme l’argile doit subir une chaleur intense pour durcir, l’amour ne peut être perfectionné que dans la douleur. »


« Ne tente pas de résister aux changements qui s’imposent à toi. Au contraire, laisse la vie continuer en toi. Et ne t’inquiète pas que ta vie soit sens dessus dessous. Comment sais-tu que le sens auquel tu es habitué est meilleur que celui à venir? » (p. 121)


 «Deux hommes voyageaient ensemble de ville en ville. Ils arrivèrent à un cours d’eau que les pluies avaient gonflé. Alors qu’ils allaient traverser les flots, ils remarquèrent une très belle femme, là, toute seule, qui avait besoin d’aide. Un des hommes s’approcha immédiatement d’elle. Il prit la femme dans ses bras et la porta sur l’autre rive. Il la salua et les deux hommes continuèrent leur route.

Pendant tout le reste du jour, le second voyageur resta curieusement silencieux, renfermé, ne répondant pas aux questions de son ami. Au bout de plusieurs heures de bouderie, incapable de garder plus longtemps le silence, il dit : Pourquoi as-tu touché cette femme? Elle aurait pu te séduire! Les hommes et les femmes ne peuvent pas entrer ainsi en contact. Le premier homme répondit calmement : Mon ami, j’ai porté cette femme sur l’autre rive, et je l’y ai laissée. C’est toi qui la portes depuis.» (p. 245)

 

"Si on regarde l’univers tout entier à travers le filtre de la peur, on ne s’étonnera pas de voir une pléthore de choses effrayantes." (p. 210)


 «Le passé est une interprétation. L’avenir est une illusion. Le monde ne passe pas à travers le temps comme s’il était une ligne droite allant du passé à l’avenir. Non, le temps progresse à travers nous, en nous, en spirales sans fin.

L’éternité ne signifie pas le temps infini mais simplement l’absence de temps.

Si tu veux faire l’expérience de l’illumination éternelle, ignore le passé et l’avenir, concentre ton esprit et reste dans le moment présent.» (p. 250)

 


      Image 12  Image 10  Image 8  Image 11  Image 6  Image 9  Image 7/>

 


 

 

 

Partager cette page

Repost 0