Mon Profil

  • Valérie Farcot ex Ferré
  • Je suis séparée et la mère de 3 garçons
1 avril 2011 5 01 /04 /avril /2011 06:18

Voici un texte que la célèbre auteure de polars brillants a écrit sur "la folie humaine" ... Réflexion efficace et sans langue de bois... juste un zeste d'humour... amère en bouche, n'est ce pas ?!

Nous y sommes Par Fred Vargas
Archéologue et écrivain.
 Nous y voilà, nous y sommes.
Depuis cinquante ans que cette tourmente menace dans les hauts-fourneaux de l'incurie de l'humanité, nous y sommes.
Dans le mur, au bord du gouffre, comme seul l'homme sait le faire avec brio, qui ne perçoit la réalité que lorsqu'elle lui fait mal.

Telle notre bonne vieille cigale à qui nous prêtons nos qualités d'insouciance, nous avons chanté, dansé. Quand je dis « nous », entendons un quart de l'humanité tandis que le reste était à la peine. Nous avons construit la vie meilleure, nous avons jeté nos pesticides à l'eau, nos fumées dans l'air, nous avons conduit trois voitures, nous avons vidé les mines, nous avons mangé des fraises du bout monde, nous avons voyagé en tous sens, nous avons éclairé les nuits, nous avons chaussé des tennis qui clignotent quand on marche, nous avons grossi, nous avons mouillé le désert, acidifié la pluie, créé des clones, franchement on peut dire qu'on s'est bien amusés.
On a réussi des trucs carrément épatants, très difficiles, comme faire fondre la banquise, glisser des bestioles génétiquement modifiées sous la terre, déplacer le Gulf Stream, détruire un tiers des espèces vivantes, faire péter l'atome, enfoncer des déchets radioactifs dans le sol, ni vu ni connu. Franchement on s'est marrés.
Franchement on a bien profité.
Et on aimerait bien continuer, tant il va de soi qu'il est plus rigolo de sauter dans un avion avec des tennis lumineuses que de biner des pommes de terre.
Certes.
Mais nous y sommes.
A la Troisième Révolution.
Qui a ceci de très différent des deux premières ( la Révolution néolithique et la Révolution industrielle, pour mémoire) qu'on ne l'a pas choisie.
« On est obligés de la faire, la Troisième Révolution ? » demanderont quelques esprits réticents et chagrins.
Oui.
On n'a pas le choix, elle a déjà commencé, elle ne nous a pas demandé notre avis. C'est la mère Nature qui l'a décidé, après nous avoir aimablement laissés jouer avec elle depuis des décennies. La mère Nature, épuisée, souillée, exsangue, nous ferme les robinets. De pétrole, de gaz, d'uranium, d'air, d'eau. Son ultimatum est clair et sans pitié : Sauvez-moi, ou crevez avec moi (à l'exception des fourmis et des araignées qui nous survivront, car très résistantes, et d'ailleurs peu portées sur la danse).
Sauvez-moi ou crevez avec moi

Évidemment, dit comme ça, on comprend qu'on n'a pas le choix, on s'exécute illico et, même, si on a le temps, on s'excuse, affolés et honteux. D'aucuns, un brin rêveurs, tentent d'obtenir un délai, de s'amuser encore avec la croissance.
Peine perdue.
Il y a du boulot, plus que l'humanité n'en eut jamais.
Nettoyer le ciel, laver l'eau, décrasser la terre, abandonner sa voiture, figer le nucléaire, ramasser les ours blancs, éteindre en partant, veiller à la paix, contenir l'avidité, trouver des fraises à côté de chez soi, ne pas sortir la nuit pour les cueillir toutes, en laisser au voisin, relancer la marine à voile, laisser le charbon là où il est, – attention, ne nous laissons pas tenter, laissons ce charbon tranquille 
récupérer le crottin, pisser dans les champs (pour le phosphore, on n'en a plus, on a tout pris dans les mines, on s'est quand même bien marrés).
S'efforcer.
Réfléchir, même.
Et, sans vouloir offenser avec un terme tombé en désuétude, être solidaire.
Avec le voisin, avec l'Europe, avec le monde.
Colossal programme que celui de 
la Troisième Révolution.
Pas d'échappatoire, allons-y.
Encore qu'il faut noter que récupérer du crottin, et tous ceux qui l'ont fait le savent, est une activité foncièrement satisfaisante. Qui n'empêche en rien de danser le soir venu, ce n'est pas incompatible.
A condition que la paix soit là, à condition que nous contenions le retour de la barbarie –une autre des grandes spécialités de l'homme, sa plus aboutie peut-être.
A ce prix, nous réussirons la Troisième révolution.
A ce prix nous danserons, autrement sans doute, mais nous danserons encore.

Fred Vargas
Archéologue et écrivain
 

Partager cet article

Repost 0
Valérie Ferré-Farcot
commenter cet article
19 mars 2011 6 19 /03 /mars /2011 15:57

Bonjour à tous,
J
e vous partage ce texte qui me touche. J'y vois une invitation concrète à être des piliers de Lumière, forts forts forts et des co-créateurs de paix de joie et de confiance.
Ainsi EST le soutien des Uns, des Autres .... de TOUS.

Dans le cœur... Mes meilleures pensées à tous.

Valérie

 

Le monde entier est notre famille. 

reçu par Marie-Claude PILLEGAND le 14 mars 2011

Image-4-copie-1.pngLa terre a tremblé. Et avec elle la conscience collective de l’humanité. Le tremblement se fait encore sentir.

Vous, soyez les piliers de l’ancrage. Souvenez-vous, l’humanité est un seul cœur, un seul corps. Souvenez-vous, vous choisissez à partir de quel niveau vous vous unissez à ceux pris dans l’apparent désastre. Vous unissez-vous depuis la consternation, ou depuis l’Union ?

Soyez piliers de lumière. Il n’est même plus temps de chercher à comprendre le pourquoi ou le comment. La seule chose à comprendre, c’est la Nature de la Vie. Pour lui rendre hommage à travers votre incarnation. Pour l’honorer. Et en honorant la Vie, vous honorez tous les êtres incarnés ou désincarnés.

Restez piliers de lumière. Ainsi vous guidez tous ceux qui ont quitté brutalement leur corps dans le tsunami, ainsi vous guidez et nourrissez tous ceux qui se retrouvent démunis, privés de leurs proches, privés du confort minimum.

La terre tremble. Vous restez piliers de lumière.

Vous le savez, la transition offre des possibilités de grosses tempêtes, au sens propre ou figuré. Restez le Cœur du Silence au cœur de la tempête.

Vous pouvez beaucoup. A l’heure où tant se sentent impuissants devant les forces de la nature, vous pouvez beaucoup. Souvenez-vous, vous pouvez parler aux eaux et les calmer. Le Cœur peut l’impossible. Le cœur peut tout calmer. Tout nourrir.

Faites le choix inconditionnel de n’incarner que la joie, la plénitude, l’amour. Quelles que soient les circonstances, faites le choix inconditionnel de n’incarner que la joie, l’harmonie, l’amour. Ainsi vous êtes piliers d’amour pour le collectif.

Souvenez-vous, lorsque tout tremble, beaucoup se sentent happés, peu savent être piliers de lumière, de stabilité, de sérénité. Faites ce choix, Amis de Lumière.

Ne vous unissez pas par l’empathie au niveau des catastrophes. Unissez-vous au niveau de l’éternelle Joie, de la Vie, du Cœur. Car l’éternelle joie a la puissance de calmer toutes les tempêtes, de prévenir les circonstances.

Ne soyez pas comme ces prédicateurs qui annoncent des désastres et des catastrophes, prenant ces dernières comme l’inévitable durant cette phase de transition. Ne mettez pas votre attention sur des possibilités de catastrophes, car souvenez-vous, vous créez ce sur quoi vous mettez votre attention. Ne mettez votre attention que sur la lumière. Honorez-la en l’incarnant. Servez-la.

Servez la Joie. Ainsi vous êtes les piliers sur lesquels tous ceux qui chancellent peuvent s’appuyer et retrouver leur équilibre. Ainsi vous êtes les piliers sur lesquels même la mer, les éléments, peuvent s’appuyer pour se calmer et s’apaiser.

Souvenez-vous, rien n’est jamais déterminé. Vous êtes les créateurs de votre réalité.

L’humanité voudra-t-elle bien s’éveiller à cette évidence qu’elle crée sa réalité, et comprendre les lois de la création et de l’incarnation ? Vous êtes les créateurs de vos circonstances de vie. Ne mettez votre attention que sur la lumière. Maintenant. Eternellement. Ainsi vous créez des circonstances de paix, de stabilité pour votre terre et votre univers. Ne mettez votre attention que sur la lumière, sur la joie, inconditionnellement. Ainsi vous retrouvez la base des lois de création.

Soyez flamme d’amour pour tous ceux dans la tourmente.

Souvenez-vous, l’espace n’existe pas, depuis le cœur de vos demeures vous pouvez atteindre le cœur du Japon et l’emplir de lumière et de Paix. Nous vous remercions. Ne vous sentez pas impuissants. Vous êtes l’incarnation de la Puissance. Mettez la Puissance en action. En choisissant de n’animer que la lumière et la joie par votre attention, soyez Puissance en action.

Nous vous remercions.

Partager cet article

Repost 0
Valérie Ferré-Farcot
commenter cet article
11 mars 2011 5 11 /03 /mars /2011 14:02

SAGESSE ET ACTION 

« Il n’y a pas de bonne pensée si elle ne se traduit pas en mots, il n’y a pas de bon mot s’il ne se traduit pas en acte. » J.F. Deniau.

Concrétiser, passer à l’action, devenir le véritable acteur de sa vie, ne pas rester bloqué dans le concept, l’idée, le schéma, l’abstraction : C’est en ce sens que l’action peut être sagesse.

 

L’AUDACE ET LE COURAGE 

Le passage à l’action nous permet d’être vivant, d’avancer, de grandir, d’ouvrir et découvrir tous les possibles ! Au contraire, l’immobilisme nous fossilise, nous rend peureux, médiocres et inaptes à jouir de la vie réelle. Ne pas passer à l’action, c’est nier la vie même.

« Ne craignez pas d’être lent, craignez d’être à l’arrêt. » Proverbe chinois

 

TROUVER UN EQUILIBRE ENTRE PENSEE, PAROLE ET ACTION.

Les pensées et les paroles si elles ne sont pas accompagnées d’actions, restent stériles et vaines. Pour cheminer vers la sagesse, il est essentiel de toujours assortir nos actes à nos pensées et à nos paroles.

« Tout comme une fleur belle et colorée mais sans parfum, ainsi sont les paroles stériles de celui qui parle mais n’agit pas. » Le Dhammapada (texte bouddhique)

 

ACTION EFFICACES ET BONNES ACTIONS.

Nos actions les plus probantes et utiles sont celles qui interviennent dans l’instant présent, ici et maintenant. Inutile de tergiverser, de se donner mille et une raisons pour remettre notre action à demain. Toute fois prendre garde à la dispersion dans une multitude d’actions qui ne sont pas à notre portée ou prioritaires, c'est-à-dire qui nous incombe directement, qui est essentiel !

« Mieux vaut une bonne action près d’un foyer que partir au loin brûler de l’encens. » Proverbe chinois.

 

L’ACTION ENGENDRE L’ACTION… ET LA SOCIABILITE.

L’action à la grande particularité de s’engendrer elle-même : Plus j’agis et plus je trouve les ressources et le courage pour agir. Les actions vécues comme des loisirs nous semblent plus tangibles et réels, et plus appréciables à leur juste valeur. Nous nous réjouissons du dynamisme révélé par les actes posés.

Alors que la pensée et la réflexion restent purement personnelles et intérieures, l’action engendre la sociabilité car elle ouvre vers l’extérieur et nous met d’emblée en contact  avec autrui et suscite des rencontres et des expériences. L’action est fertile et chacun reçoit en retour les conséquences des choix qu’il a faits. Celui qui agit dans l’amour et l’altruisme recevra un amour démultiplié, tandis que celui qui a agi par égoïsme ou intérêt sera encore un peu plus victime de sa solitude. 

« Le sage ne vivra pas dans la solitude, car par nature il est sociable et tourné vers l’action.» Diogène Laërce.

 

ACCEPTER LES CHANGEMENTS.

Rien n’est figé. Même les schémas de vie les plus rigides peuvent profiter de la réalité de notre monde vivant.  C’est parce qu’il est en action et fait de changements perpétuels, que les choses autour de nous et en nous évoluent constamment. Quelle chance, profitons-en ! Nier ces changements et ces mouvements, c’est nier l’essence même de la vie.

« Vérité dans un temps, erreur dans un autre. » Montesquieu.

 

LA PERSEVERANCE, LA PATIENCE ET L’HUMILITE DANS L’ACTION .

Etre humble et honnête avec soi-même, prendre conscience de ses erreurs et de sa souffrance, ne sont pas des marques de faiblesse, de négativisme ou de manque de confiance en soi. Bien au contraire, cette humilité est un affranchissement nécessaire qui va nous permettre de progresser vers la sagesse et de reconsidérer nos priorités. Reconnaître ses erreurs et en tirer des leçons pour progresser, identifier les problèmes et chercher des solutions… toute démarche vers la sagesse implique un renoncement. Cela ne signifie pas que l’on doit renoncer à tous les petits plaisirs de la vie ou nous apitoyer sur notre sort, mais que nous acceptions de ne plus nous attacher aux choses superflues qui sont la cause de notre mal-être, mais bien s’autoriser à cheminer sur la voie de la liberté personnelle et intérieure.

Pour rester humble, soyons constant dans notre démarche de remise en question. Fou est celui qui prend la sagesse pour acquise, la sagesse est une quête de tous les instants qui implique une grande humilité dans la persévérance. 

« La persévérance est un talisman pour la vie » Proverbe africain.

« L’humilité ne consiste pas à se considérer comme inférieur, mais à être affranchi de l’importance de soi. C’est un état de simplicité naturelle qui est en harmonie avec notre nature véritable et permet de goûter la fraîcheur de l’instant présent. L’humilité est une manière d’être non de paraître. » 

Matthieu Ricard .


Partager cet article

Repost 0
Valérie Ferré-Farcot
commenter cet article