Mon Profil

  • Valérie Farcot ex Ferré
  • Je suis séparée et la mère de 3 garçons
24 octobre 2012 3 24 /10 /octobre /2012 20:27

 

 

Je suis très heureuse de partager avec vous mon dernier coup de coeur artistique ! 
Voici   
"Les Maras. Des peuples ancestraux aux tribus modernes"
La peinture est superbe avec ces couleurs "terres chaudes"  et  violente à la fois par les  tracés anguleux et rudes.
Le texte écrit par la jeune artiste Sophie GRIELEN est tout simplement magnifique et puissant de maturité et d'humanité.  
Si vous le souhaitez, Je serai ravie de lui transmettre vos réactions et commentaires!
P1020704.jpg

Cette peinture est réalisée à l’encre rouge et noire Colorex sur papier aquarelle. Elle représente deux visages d’hommes de profil, très proches l’un de l’autre.

Depuis toujours je me suis intéressée aux différentes ethnies du monde. À ces peuples qui semblent venir d’un autre temps. Leurs cultures, leurs rites m’ont toujours fascinés. Ces hommes m’intriguent, avec leurs parures, leurs habits, leurs peintures, leurs coutumes et leur vision de la vie qui est si différente de celle de nos pays occidentaux. C’est ce qui m’a amené à parcourir le monde et à vivre parmi eux, et j’ai constaté que lorsque leurs coutumes demeurent inchangées, ils vivent en osmose avec leur environnement.


Comment se fait-il que nous  ayons tant de diversité au sein de  l’humanité? C’est la question que je me pose chaque jour. Ainsi j’aime à imaginer ce que ressentent ces hommes du bout du monde, ou proches de nous, qui évoluent dans un cadre de vie si différent du notre. Cette quête me passionne, et je trouve ces différences magnifiques et précieuses, qu’elles soient culturelles, physiques ou religieuses.

 

Ces peuples sont actuellement en évolution. Avec la mondialisation leur culture est en train de se modifier. Cette diversité tend à disparaître et ce, sur tous les continents. Ils entrent dans le monde du 3ème millénaire avec leur histoire et leur mode de vie qui n’avaient pas changés depuis des siècles, ces peuples sont en sursis. Souvent cela implique une grande pauvreté, une grande détresse, et beaucoup de désillusion, car ils doivent se plier à de nouvelles attentes de la société qui sont parfois peu adaptées à l’endroit où ils vivent et à leurs modes de vie originels. Leurs croyances et rites ancestraux se heurtent aux nouvelles cultures qu’ils doivent adopter afin de faire partie du nouveau monde occidental.

 

Avec cette peinture j’ai voulu représenter ces hommes qui sont à la rupture entre deux univers; celui de leurs ancêtres et celui du monde moderne. J’ai voulu exprimer leur fierté, leur caractère parfois indomptable de guerriers, tout en laissant transparaître leur fragilité d’homme. En regardant cette peinture on ressent une certaine tension, c’est celle qui existe entre les hommes qui vont s’affronter noblement, celle de ces guerriers d’autrefois prêts à tout pour protéger leurs idéaux et leur cultures. 

 

Ma peinture est aussi un pont entre la «tribu ancestrale» et les tribus modernes, telles celles des gangs que l’on voit apparaître dans les pays émergents.

Pour cela je me suis inspirée des Gangs Salvadoriens tels que la Mara 18 qui sont des tribus modernes. En effet beaucoup de gens perdent leurs racines car leur pays doit suivre le mode de fonctionnement des pays occidentaux. Ainsi la misère s’installe. Pour en sortir certains hommes intègrent ces gangs où ils retrouvent une identité, une culture qui leur est propre. Ils font à nouveau partie d’une communauté.

 

Sophie Grielen 

Partager cet article

Repost 0
Valérie Ferré-Farcot
commenter cet article

commentaires

thomasson 29/10/2012 09:10


Cette peinture est pleine de signification. je vois à travers elle et votre texte ce que j'ai du mal à exprimer sur la disparition des cultures que le modernisme fais disparaître depuis des
siècles et qui s'accélère aujourd'hui.

Valérie Ferré-Farcot 29/10/2012 09:42



Merci pour votre commentaire, je le transmet à l'artiste.


Belle journée à vous.



thomasson 24/10/2012 22:28


J'aime. Je n'ai jamais utilisé l'encre, mais ça me donne envie de m'en inspirrer.